Discussion:
Orientation de la grande pyramide par rapport au Nord magnétique
(trop ancien pour répondre)
JPM
2013-07-03 07:54:06 UTC
Permalink
J.-P. Lauer:

"Tout d'abord au point de vue astronomique, le seul fait indiscutable que l'on
puisse relever dans ces monuments et, en particulier à Guizeh, est le soin
extrême apporté à leur orientation. Le résultat le plus extraordinaire se
trouve à la pyramide de Khéops, où l'écart moyen n'est que de 3 minutes et 6
secondes ; mais la précision n'est guère moindre à Khéphren et à Mykérinos,
où cet écart est respectivement environ de 5 minutes et demie et de 14
minutes, donc également tout à fait minime.
De telles approximations se répétant pour plusieurs édifices ne peuvent être
le fait du hasard et témoignent de connaissances astronomiques certaines. En
particulier, l'étoile alpha du Dragon, qui marquait le nord à l'époque de la
construction des pyramides, devait être parfaitement connue des Egyptiens ;
ces derniers avaient réussi à tirer de cette connaissance une méthode
pratique d'orientation au sol, aussi simple qu'efficace, puisqu'ils n'avaient
évidemment à leur disposition rien de comparable à nos instruments modernes
d'optique, et qu'ils devaient se contenter du modeste merkhet (fig. 80)
comportant essentiellement un fil à plomb et du bay (fig. 79), baguette de
bois avec cran de mire dans le haut.

Divers auteurs estiment cependant, comme Somers Clarke et R. Engelbach 265,
que l'orientation de ces monuments aurait été obtenue plutôt par des visées
sur le lever et le coucher d'une étoile, la bissectrice de l'angle formé à
partir du lieu d'observation vers ces deux points donnant la direction du
nord. L'inconvénient de ce système réside dans les irrégularités de contour
de l'horizon, qui sont sources d'erreurs. C'est pourquoi I.E.S. Edwards a
tenté d'y remédier par un horizon artificiel constitué par un mur circulaire
dont, pourtant, la courbure et l'horizontalité parfaites de la crête, ainsi
que son implantation même, n'auraient pas été choses si faciles à réaliser.
D'autres, tels V. Maragioglio et C. Rinaldi, ont préconisé d'utiliser de
préférence les ombres projetées d'un mât au lever du soleil et à son coucher
et de prendre la bissectrice de l'angle ainsi formé ; mais, outre le flou de
l'ombre, les difficultés d'horizon restent les mêmes que dans le système
précédent.

En dernier lieu, Martin Isler, dans un ingénieux article, non encore publié,
sur An Ancient Method of Orientation, qu'il a bien voulu nous communiquer,
propose également l'ombre solaire, mais en s'en servant autrement. Si l'on
attend, en effet, que le soleil approche du zénith, l'ombre d'un petit mât
est projetée courte et très nette au sol (et non de façon floue vers l'horizon).
Après avoir marqué la pointe extrême de l'ombre, on trace à partir de là sur
le sol vers le nord un arc de cercle dont le centre est le mât. Lorsque le
soleil, ayant commencé à décliner vers l'ouest, repassera à la hauteur qui
avait fixé le départ de l'arc, la pointe de l'ombre atteindra à nouveau cet
arc, et la bissectrice du secteur ainsi délimité par ces deux points
extrêmes correspondra à la direction sud-nord ; cela de façon
particulièrement précise si l'on utilise pour rayon de l'arc un bras rigide
à giration aisée autour du mât.

Bien que ce procédé apparaisse extrêmement valable, il n'en semble pas moins
qu'à une époque où, comme à l'heure actuelle, on disposait d'une polaire
encore très voisine du pôle, des visées directes sur celle-ci auraient
constitué la solution la plus simple et la meilleure*."

Doc. numérisé.

Question,

-Dans le cas d'une étoile visée sur l'horizon, pour tracer l'axe de la GP,
comment déterminer son rapport d'angle avec le Nord magnétique ?
Oncle Dom
2013-07-03 09:21:41 UTC
Permalink
Post by JPM
"Tout d'abord au point de vue astronomique, le seul fait indiscutable
que l'on puisse relever dans ces monuments et, en particulier à
Guizeh, est le soin extrême apporté à leur orientation. Le résultat
le plus extraordinaire se trouve à la pyramide de Khéops, où l'écart
moyen n'est que de 3 minutes et 6 secondes ; mais la précision n'est
guère moindre à Khéphren et à Mykérinos, où cet écart est respectivement
environ de 5 minutes et demie et de 14
minutes, donc également tout à fait minime.
Attention, les erreurs d'orientation sont variables selon les faces
Pour la pyramide de Khoufou/Cheops les erreurs sont de 2' 30" pour la face
ouest, et de 5' 30" pour la face est
Post by JPM
De telles approximations se répétant pour plusieurs édifices ne
peuvent être le fait du hasard et témoignent de connaissances
astronomiques
certaines. En particulier, l'étoile alpha du Dragon, qui marquait le
nord à l'époque de la construction des pyramides, devait être
parfaitement connue des Egyptiens ;
Comme toutes les étoiles bien réparables dans le ciel
Post by JPM
ces derniers avaient réussi à tirer de cette connaissance une méthode
pratique d'orientation au sol, aussi simple qu'efficace, puisqu'ils
n'avaient évidemment à leur disposition rien de comparable à nos
instruments modernes d'optique, et qu'ils devaient se contenter du
modeste merkhet (fig. 80) comportant essentiellement un fil à plomb
et du bay (fig. 79), baguette de bois avec cran de mire dans le haut.
Divers auteurs estiment cependant, comme Somers Clarke et R.
Engelbach 265, que l'orientation de ces monuments aurait été obtenue
plutôt par des
visées sur le lever et le coucher d'une étoile, la bissectrice de l'angle
formé à partir du lieu d'observation vers ces deux points donnant la
direction du nord.
C'est la meilleure méthode qui vient à l'esprit. Une autre méthode consiste
à relever les plus grandes digressions est et ouest, d'une étoile proche du
pole, mais ceci nécessite 12 heures de nuit complète.
Post by JPM
L'inconvénient de ce système réside dans les irrégularités de
contour de l'horizon, qui sont sources d'erreurs. C'est pourquoi I.E.S.
Edwards a tenté d'y remédier par un horizon artificiel constitué par un
mur
circulaire dont, pourtant, la courbure et l'horizontalité parfaites
de la crête, ainsi que son implantation même, n'auraient pas été choses si
faciles à
réaliser.
N'importe quoi! Une poutre horizontale suffit.
Post by JPM
D'autres, tels V. Maragioglio et C. Rinaldi, ont préconisé
d'utiliser de préférence les ombres projetées d'un mât au lever du
soleil et à son coucher et de prendre la bissectrice de l'angle ainsi
formé ; mais, outre le
flou de l'ombre, les difficultés d'horizon restent les mêmes que dans
le système précédent.
En dernier lieu, Martin Isler, dans un ingénieux article, non encore
publié, sur An Ancient Method of Orientation, qu'il a bien voulu nous
communiquer, propose également l'ombre solaire, mais en s'en servant
autrement. Si l'on attend, en effet, que le soleil approche du
zénith, l'ombre d'un petit mât est projetée courte et très nette au sol
(et non de façon floue vers
l'horizon). Après avoir marqué la pointe extrême de l'ombre, on trace
à partir de là sur le sol vers le nord un arc de cercle dont le centre est
le mât.
Lorsque le soleil, ayant commencé à décliner vers l'ouest, repassera
à la hauteur qui avait fixé le départ de l'arc, la pointe de l'ombre
atteindra à nouveau cet arc, et la bissectrice du secteur ainsi
délimité par ces deux points extrêmes correspondra à la direction sud-nord
; cela de façon
particulièrement précise si l'on utilise pour rayon de l'arc un bras
rigide à giration aisée autour du mât.
Quelque soit la hauteur du mat, la pénombre fait toujours un flou de 30'.
Comme les instruments de l'antiquité, cette méthode doit entrainer une
erreur de 5 à 10'
Post by JPM
Bien que ce procédé apparaisse extrêmement valable, il n'en semble
pas moins qu'à une époque où, comme à l'heure actuelle, on disposait
d'une polaire encore très voisine du pôle, des visées directes sur
celle-ci auraient
constitué la solution la plus simple et la meilleure*."
Déja aujourd'hui confondre le pole et la polaire, entraine une erreur
pouvant aller jusqu'à un degré. Avec alpha dragon, c'eut été pire
La méthode Edwards me parait la meilleure.
Je propose de faire l'expérience en mettant les diverses méthodes en
concurrence.
Post by JPM
Doc. numérisé.
Question,
-Dans le cas d'une étoile visée sur l'horizon, pour tracer l'axe de
la GP, comment déterminer son rapport d'angle avec le Nord magnétique
?
Que vient faire le nord magnétique, très variable au fil des siècles, dans
cette histoire?
--
Oncle Dom
_________
http://www.oncle-dom.fr/
JPM
2013-07-03 14:11:48 UTC
Permalink
..................
Que vient faire le nord magnétique, très variable fil des siècles, dans
cette histoire?
--
Oncle Dom
_________
http://www.oncle-dom.fr/
Oui, en effet, il s'agissait d'une interrogation dont le fondement est lié à
un texte des pyramides, évoquant "les os d'Horus", qu'un auteur antique
avait assimilés à de la magnétique.... de là, le combat entre Horus et Seth.
Oncle Dom
2013-07-04 17:00:46 UTC
Permalink
Post by JPM
Oui, en effet, il s'agissait d'une interrogation dont le fondement
est lié à un texte des pyramides, évoquant "les os d'Horus", qu'un auteur
antique avait assimilés à de la magnétique.... de là, le
combat entre Horus et Seth.
Houla! D'abord cet auteur antique a-t-il été correctement traduit?
Quand je vois comment un texte de Pline, qui racontait comment un brillant
bolide, avait été nommé Typhon, par le roi d'Egypte de l'époque, a été
travesti par un traducteur du 16ème siècle, qui écrivit qu'à cette époque le
géant Typhon régnait sur l'Egypte, j'ai des doutes.
--
Oncle Dom
_________
http://www.oncle-dom.fr/
JPM
2013-07-05 08:38:27 UTC
Permalink
Post by JPM
Oui, en effet, il s'agissait d'une interrogation dont le fondement
est lié à un texte des pyramides, évoquant "les os d'Horus", qu'un auteur
antique avait assimilés à de la magnétique.... de là, le
combat entre Horus et Seth.
Houla! D'abord cet auteur antique a-t-il été correctement traduit?
Quand je vois comment un texte de Pline, qui racontait comment un brillant
bolide, avait été nommé Typhon, par le roi d'Egypte de l'époque, a été
travesti par un traducteur du 16ème siècle, qui écrivit qu'à cette époque le
géant Typhon régnait sur l'Egypte, j'ai des doutes.
--
Oncle Dom
_________
http://www.oncle-dom.fr/


Plutarque citant Manethon, évoque l'aimmant.


pz9UCbyFYC&pg=PA211&lpg=PA211&dq=manethon+os+d'horus+aimant&
source=bl&ots=cxjNPlKpk7&sig=k2j2EGh2MwLHgKN50CEZmvlLJ_g&hl=fr&
sa=X&ei=LoTWUY-uKsfiOo7sgIgG&ved=0CC8Q6AEwAA#v=onepage&q=
manethon%20os%20d'horus%20aimant&f=false
Oncle Dom
2013-07-07 22:25:37 UTC
Permalink
Post by JPM
Plutarque citant Manethon, évoque l'aimmant.
Dans le traité d'Isis et Osiris, Plutarque écrit:
"Les noms égyptiens eux-mêmes ont une analogie sensible avec ceux de notre
langue. On donne souvent à Isis le nom d'Athéné, qui, en égyptien, signifie
: Je suis venue de moi-même ; ce qui exprime que le mouvement est propre à
cette déesse. Typhon, comme on l'a déjà dit, porte les noms de Seth, de
Bébon et de Smu, termes qui veulent dire obstacle, empêchement violent,
contrariété, renversement. Ils disent aussi que la pierre d'aimant est un
des os d'Osiris, et le fer un des os de Typhon ; c'est Manéthon qui nous
l'apprend. "
C'est la traduction de Ricard, de 1844, mais ce passage n'existe pas dans la
traduction de Bétolaud de 1870. Il s'agit d'un oubli, car le texte grec est
présent dans les deux cas.
Ceci dit, Manethon, si l'on en croit Plutarque, prétendrait que les
égyptiens connaissaient l'aimant. Mais il ne parle pas de la boussole, ni du
nord magnétique. Quel rapport, donc, avec l'orientation de la grande
pyramide?
--
Oncle Dom
_________
http://www.oncle-dom.fr/
JPM
2013-07-08 17:02:07 UTC
Permalink
Post by JPM
Plutarque citant Manethon, évoque l'aimmant.
Dans le traité d'Isis et Osiris, Plutarque écrit:
"Les noms égyptiens eux-mêmes ont une analogie sensible avec ceux de notre
langue. On donne souvent à Isis le nom d'Athéné, qui, en égyptien, signifie
: Je suis venue de moi-même ; ce qui exprime que le mouvement est propre à
cette déesse. Typhon, comme on l'a déjà dit, porte les noms de Seth, de
Bébon et de Smu, termes qui veulent dire obstacle, empêchement violent,
contrariété, renversement. Ils disent aussi que la pierre d'aimant est un
des os d'Osiris, et le fer un des os de Typhon ; c'est Manéthon qui nous
l'apprend. "
C'est la traduction de Ricard, de 1844, mais ce passage n'existe pas dans la
traduction de Bétolaud de 1870. Il s'agit d'un oubli, car le texte grec est
présent dans les deux cas.
Ceci dit, Manethon, si l'on en croit Plutarque, prétendrait que les
égyptiens connaissaient l'aimant. Mais il ne parle pas de la boussole, ni du
nord magnétique. Quel rapport, donc, avec l'orientation de la grande
pyramide?
--
Oncle Dom
_________
http://www.oncle-dom.fr/



En effet,
M.J.Klaproth, dans : Sur l'invention de la boussole. 1834 et M.Davezac, in
Sur la boussole. 1860, ne retiennent pas l'idée d'un lien antique entre
l'aimantation et le Nord magnétque.
Richard Hachel
2013-07-05 09:08:29 UTC
Permalink
Post by JPM
Oui, en effet, il s'agissait d'une interrogation dont le fondement
est li un texte des pyramides, voquant "les os d'Horus", qu'un auteur
antique avait assimils de la magntique.... de l, le
combat entre Horus et Seth.
Houla! D'abord cet auteur antique a-t-il t correctement traduit?
Quand je vois comment un texte de Pline, qui racontait comment un brillant
bolide, avait t nomm Typhon, par le roi d'Egypte de l'poque, a t
travesti par un traducteur du 16me sicle, qui crivit qu' cette poque le
gant Typhon rgnait sur l'Egypte, j'ai des doutes.
Tu devrais aller sur Nemo, et tu constaterais que tes lettres accentuées
n'apparaissent simplement pas.

Maintenant, sachant que Nemo retransmet tous les forums fr* en favori,
y compris fr.sci.physique, je ne comprends pas que tu ne l'utilises pas.

Ce message a été posté avec Nemo et vous pouvez y accéder directement
en cliquant:

http://news.julien-arlandis.fr/?ID=57584

R.H.
Doug713705
2013-07-06 00:11:46 UTC
Permalink
Post by Richard Hachel
Post by JPM
Oui, en effet, il s'agissait d'une interrogation dont le fondement
est li un texte des pyramides, voquant "les os d'Horus", qu'un auteur
antique avait assimils de la magntique.... de l, le
combat entre Horus et Seth.
Houla! D'abord cet auteur antique a-t-il t correctement traduit?
Quand je vois comment un texte de Pline, qui racontait comment un brillant
bolide, avait t nomm Typhon, par le roi d'Egypte de l'poque, a t
travesti par un traducteur du 16me sicle, qui crivit qu' cette poque le
gant Typhon rgnait sur l'Egypte, j'ai des doutes.
Tu devrais aller sur Nemo, et tu constaterais que tes lettres accentuées
n'apparaissent simplement pas.
Allez, un bug de plus chez Nemo.
Pas de doute, il est urgent d'attendre avant de l'utiliser.
--
Doug - Linux user #307925 - Slackware64 roulaize ;-)
Without freedom of choice there is no creativity.
-- Kirk, "The return of the Archons", stardate 3157.4
JPM
2013-07-03 14:19:36 UTC
Permalink
Loading...